De l’attente à la demande

Dans un moment où je vivais un malaise généralisé, j’ai cherché à établir les faits déclencheurs. J’arrivais surtout à des « faits » en « ne pas » : plusieurs personnes, tant dans ma vie personnelle que professionnelle, n’avaient pas répondu à un message de ma part (courriel, téléphonique ou texto). Si j’établissais uniquement des faits positifs, j’obtenais la liste des messages que j’avais envoyés. Sans plus.

Toutes les « absences de réponse » signalaient en fait mon attente d’une stratégie particulière. Le rêve de quelque chose qui nourrirait mes besoins. Oui, pour chaque message envoyé, il y avait un attachement plus ou moins fort à la stratégie « réponse de l’autre » pour nourrir des besoins parfois de clarté, parfois de confiance ou de sécurité, de lien ou, disons-le, d’amour !

En me rendant compte de cela, en constatant l’attachement parfois intense à une stratégie particulière, et en revenant aux besoins sous-jacents 100 % chez moi, je pouvais faire un peu de place et détourner mon attention de « l’autre qui ne répond pas » pour regarder quelles demandes je pouvais faire (à moi ou aux autres) pour m’occuper de mes besoins.

Je pouvais relancer certaines des personnes, en mentionnant quel besoin serait comblé par une réponse de leur part. Par exemple, si c’était à une personne qui fait de la CNV ou qui peut tolérer le « langage girafe classique » : « Salut ! Je me rends compte qu’une réponse de ta part à ma proposition de rendez-vous téléphonique nourrirait vraiment en moi la clarté et la confiance. Aurais-tu l’élan de me revenir là-dessus aujourd’hui ? » OU, en des mots de « girafe de rue » : « Salut, je me rends compte que ça m’aiderait à voir clair si tu me revenais sur ma proposition de rendez-vous téléphonique. Pourrais-tu juste me dire aujourd’hui si ça marche pour toi ? »

Ici, le point important, c’est que la demande, en CNV, est OUVERTE. Donc négociable. Donc, ça se peut que l’autre ne soit pas en mesure d’y répondre, que pour toutes sortes de raisons liées à ses besoins 100 % chez lui, il ne réponde pas plus à cette relance qu’à mon courriel initial. Je peux choisir, dans l’intention de vivre plus de connexion, de l’appeler au lieu de lui écrire. Mais s’il ne répond pas ?

Je fais quoi, avec mes besoins de collaboration, de confiance, de connexion, de sécurité, de lien, d’amour ? Justement : quels moyens autres que « réponse de l’autre » puis-je mettre en place pour m’occuper de mes besoins ? À ce moment-là, les parts de moi ont souvent un grand besoin d’empathie, pour faire le deuil de leur stratégie préférée. Et quand l’émotion est intense devant une absence de réponse de l’autre, ça me signale que ce sont de très vieilles blessures, très douloureuses, qui sont stimulées ; et que ces parts de moi ont un grand besoin de soins, de douceur, de soutien et de respect. Elles ont besoin qu’on prenne la mesure de leur douleur.

En dirigeant mon attention vers mes besoins et en prenant des mesures concrètes pour les nourrir (par exemple demander de l’empathie à d’autres personnes, une ressource professionnelle s’il le faut, écrire dans mon journal, faire une promenade en nature, prendre un bain chaud, utiliser les outils que je connais pour revenir à la présence), je reprends le pouvoir sur ma vie. Et c’est comme si ça libérait le canal entre moi et l’autre…

Car je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je suis dans l’attente, je ne reçois pas ce que j’attends. C’est comme si l’attente, c’était carrément du besoin en manque. Du besoin qui exige de l’autre quelque chose (même en silence, même à des kilomètres de distance !). Et l’exigence, ça ne suscite pas l’élan du cœur. Quand je nourris mes besoins autrement, souvent l’autre personne se manifeste, comme si elle avait alors de la place pour le faire librement.

Si ça vous interpelle, je vous recommande cet article sur les caractéristiques des demandes CNV. Un art à exercer pour rendre nos vies plus merveilleuses !

2 Commentaires

  1. J’aime bien le lien que vous faites entre « demande non répondu » et « vieilles blessures ».
    Une nouvelle boucle -sentiment, besoin- est activée dans notre rapport à nous-même.
    En fait l’émotion qui est activée par la réaction (ou la non-réaction) de l’autre ouvre un
    nouveau chantier qui nous est personnel celui-là.
    Merci!

    1. Merci beaucoup. Mon expérience et que souvent, la demande n’a plus rien à voir avec la situation déclencheuse!

Laisser un commentaire