De la magie et de la cocréation

Ma nièce a reçu une baguette magique pour Noël. Je lui ai dit que moi aussi, je travaillais avec la magie…

J’ai accepté plusieurs contrats de travail alimentaire, récemment. Trop. Au point où, avant Noël, je me disais que j’allais devoir travailler tous les jours pendant les Fêtes, même la fin de semaine, même les jours fériés! Je me sentais emportée par ce tourbillon, toutes ces heures à l’ordinateur à donner mon énergie vitale à des projets dont le sens principal était de générer des ressources financières pour soutenir ma création… et la création prenait le bord complètement! Fatiguée, stressée, frustrée, j’ai entendu le discours fataliste qui tournait dans ma tête. Du genre : « Coudonc, je me suis mise dans la merde, je vais endurer jusqu’au bout! »

Puis, je me suis dit : non! Ce n’est pas ce que je veux! C’est absurde! Je veux une vie qui respire, de l’espace pour créer, pour réaliser les projets qui donnent sens à mon existence. Pas dans un mois, mais chaque jour! Parce que c’est la source de ma vitalité et de ma joie de vivre! Et j’ai ouvert mon esprit à ce que les choses se déroulent en cohérence avec cette intention.

Et le soir même, une de mes clientes a communiqué avec moi : elle n’était plus certaine de son projet, elle voulait le mettre de côté pour le moment. Vingt heures de travail de moins dans le temps des Fêtes! Et le lendemain, en discutant avec une autre cliente qui avait elle-même pris l’initiative de communiquer avec moi pour voir comment ça se passait, nous avons vu la possibilité de refiler certaines tâches à une collègue qui avait manifesté son souhait de travailler davantage.

Mon temps des Fêtes s’est libéré quasiment tout seul. Je n’ai rien fait d’autre que de prendre conscience de mon fatalisme et réaffirmer mon intention.

Une amie m’a transmis cette année l’enseignement « Tao does nothing, and nothing is left undone » (quelque chose comme « Le Tao ne fait rien, et il n’y a rien qui ne soit pas fait”). J’y comprends une invitation à laisser les « problèmes » un tout petit peu en suspens, pour me mettre à l’écoute des courants de la vie qui me dépassent et vont agir au-delà de mon agitation intérieure ou manifeste. Et il semble que oui, en affirmant quelles qualités je souhaite voir mon expérience revêtir (en CNV, on parlerait de l’essence, de l’énergie des besoins), ça syntonise en quelque sorte la fréquence qui va porter à la fois ma petite personne et tant d’autres éléments, pour mettre en place d’une façon exquise quelque chose que je n’aurais jamais pu aussi bien organiser toute seule… Et pour le bout qui est à faire moi-même, dans le concret, ça aide de savoir dans quelle direction je veux aller.

Je transpose ceci à l’humanité, qui dans bien dans domaines et bien des endroits s’est mise dans de terribles merdiers… Et j’ai de l’espoir. Cocréons un monde qui a du sens

*  * *

Un mot sur les 12 semaines Libérez votre créativité qui vont commencer le 11 janvier, les jeudis matins. Je ne pensais pas donner d’ateliers cet hiver. Les dizaines d’heures de promotion nécessaires pour recruter une poignée de personnes, j’avais envie de les mettre ailleurs, dans la préparation de mon spectacle! Sauf que… une personne m’a appelée, m’a dit qu’elle et une de ses amies aimeraient faire les ateliers. Ah… S’il y a de la demande… J’ai simplement lancé l’événement et à peine publié quelques photos (récupérées d’une campagne précédente!), et voilà, ça a répondu et le groupe va démarrer. Une leçon pour moi sur la persévérance et la confiance en ma « mission ». Quand mes chacals disent que j’ai mis toutes ces heures « pour rien » (pour des ateliers qui n’ont pas eu lieu ou qui n’ont pas été rentables), ils se trompent : je me formais, je précisais mon approche, je me faisais connaître. Je le partage comme un encouragement à la persévérance : chaque pas compte, même quand on ne sait plus pourquoi on le fait! Parfois c’est le temps d’agir, parfois c’est le temps de lâcher prise – et je ne sais pas tout le temps ce qui est juste dans l’instant. Et ce n’est même pas grave, car il y a une magie qui opère au-delà de ce dont j’ai conscience.

Le groupe est pratiquement comblé, mais je considère aller dans un plus grand local au besoin, alors si ça vous intéresse de vivre le processus de 12 semaines Libérez votre créativité en groupe, le jeudi matin, faites-moi signe rapidement! Ça commence le 11 janvier.

Je vous souhaite un passage à la nouvelle année pleine de magie! La vraie, celle qui se met en place d’elle-même quand on lui dit oui!

 

 

 

Laisser un commentaire